Le soutien d’intensité variable de type case management s’adresse aux personnes ayant un trouble mental grave, mais dont les difficultés de fonctionnement sont moindres que les personnes suivies au SIM. Dans le cas du SIV, l’intervention vise surtout le développement des aptitudes individuelles et l’accompagnement.

L’intervenant qui offre un soutien d’intensité variable doit établir un lien basé sur la confiance et le respect avec la personne qui reçoit le service. Dans le secteur de la santé mentale, c’est l’intervenant pivot qui coordonne les services, établit les liens auprès de la personne traitée et assure une présence même s’il n’offre pas lui-même l’ensemble des services (PASM 2005-2010).

Les équipes SIV offrent trois axes de service à la clientèle qui souffre de troubles graves de santé mentale. En premier lieu, l’équipe offre des services de réadaptation psychosociale directement dans le milieu. Ce faisant, elle aide la personne directement dans son milieu afin de favoriser les apprentissages et le maintien des acquis. Si la personne a de la difficulté à faire son épicerie parce qu’elle est méfiante, l’intervenant pourra l’accompagner directement dans son milieu afin de l’aider à surmonter ses difficultés. Cette aide dans le milieu favorise un taux de succès plus élevé dans les démarches.

En deuxième lieu, l’intervenant SIV jouera un rôle de pivot et par sa fonction de coordonnateur de services, il mettra la personne utilisatrice en lien avec différentes ressources nécessaires pour son intégration dans la communauté. Ces ressources peuvent être multiples, que ce soit l’équipe médicale, une ressource d’intégration à l’emploi ou encore un organisme communautaire offrant des activités. L’intervenant fera aussi le lien avec les proches et la famille afin de les aider à bien comprendre la maladie ainsi que les projets de la personne suivie de façon à pouvoir soutenir efficacement cette dernière.

Enfin, les équipes SIV feront également un dépistage actif pour aller chercher des personnes réticentes à consulter des services. La clientèle souffrant de troubles mentaux graves est souvent en déni de la maladie et il est important d’aller vers elle pour lui offrir les services. On augmente ainsi les chances qu’elle accepte de recevoir des services et on peut également aider à prévenir des hospitalisations.